Source : Pierre Bergeron, Le Droit  Aujourd’hui, 25 septembre, nous célébrons le Jour des Franco-Ontariens. Nous rappelons le chemin parcouru, les luttes épiques et les progrès immenses. C’est un jour de fierté et d’accomplissement.

Cette année 2013 aura été marquée par le centième anniversaire de notre journal, l’un des événements fondateurs de la francophonie ontarienne d’aujourd’hui, et par le 400e anniversaire du passage de Samuel de Champlain dans notre région. Dans nos écoles et dans nos lieux de rassemblement, nous allons fêter notre vitalité et notre présence active. Au cours des prochains jours, on dévoilera un nouveau monument de la francophonie à l’Université d’Ottawa. La Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans présentera demain et après-demain le spectacle de L’écho d’un peuple, de Champlain à Orléans. Ce samedi, le Centre multiservices francophone de l’Ouest d’Ottawa organise une fête familiale de la francophonie.

Sans oublier que le Muséoparc de Vanier présente une exposition temporaire LeDroit: 100 ans pour marquer le centenaire de notre journal. Toutefois, le véritable défi ne se limite pas à regarder le passé avec la satisfaction du devoir accompli, mais à bâtir l’avenir. Si les assises de notre communauté sont de plus en plus solides, l’édifice de la francophonie ontarienne n’en demeure pas moins un éternel projet de construction. Symbole rassembleur pour le présent, le drapeau franco-ontarien que nous célébrons aujourd’hui ne flotte pas dans le passé. Il doit servir d’inspiration et de motivation à tous les bâtisseurs de demain. Les 100 ans d’histoire de notre journal n’en diminuent pas moins les défis auxquels il est confronté.

Les 400 ans de présence francophone ne garantissent en rien contre les ravages de l’assimilation. Le drapeau franco-ontarien doit donc nous tourner vers l’avenir, vers le 26septembre, vers tout ce qui reste à bâtir avec confiance et fierté.